La franchise, un système de collaboration unique

La relation qui unit un franchisé à son franchiseur est une relation très particulière, unique en son genre en fait dans le monde de l’entreprise. Mais attention, on ne vit pas dans le monde des Bisounours : cette relation, si elle est évidemment bénéfique pour tout le monde, n’en est pas moins régie par un contrat qui doit absolument reprendre tous les aspects de la collaboration pour garantir la pérennité du projet.

Le franchiseur : un conseiller en gestion

Car c’est bien de ça qu’il s’agit. En choisissant de d’ouvrir une franchise,  on fait le choix d’une notoriété, d’un process de production et  de gestion commerciale, d’un accompagnement dans sa vie d’entrepreneur, d’un gain de temps sur la création d’entreprise.

Et c’est d’abord au tout début de votre projet que cet accompagnement se matérialise. En effet, vous allez tout d’abord devoir suivre une formation initiale au cours de laquelle le franchiseur vous transmettra les concepts que vous devrez mettre en œuvre pour coller au cahier des charges de la marque. En effet, vous le savez sans doute, les franchiseurs acceptent de vendre leur marque à une seule condition : conserver un minimum de maîtrise sur la manière dont le franchisé fera fonctionner son enseigne. Production, gestion client, marketing, organisation de l’espace, mise en valeur des produits, argumentaires de vente, etc : autant de points qui ont en général été éprouvés, étudiés et validés et que le franchiseur entend faire respecter par ses franchisés.

Mais ensuite, c’est également tout au long de la vie de votre entreprise que le franchiseur, le plus souvent, finalisera cet accompagnement, notamment par l’intermédiaire d’animateurs de réseau. Ils vous aideront à parfaire votre mode de fonctionnement, à améliorer vos techniques de vente et de gestion, etc.

Mais attention, n’oubliez pas qu’ils ne seront pas là pour vous obliger à faire les modifications préconisées. Ils seront là uniquement pour vous conseiller. Il s’agit d’assistance, pas d’ingérence dans la relation franchiseur franchisé. En dernier lieu, donc, c’est toujours vous qui décidez de la manière dont votre entreprise sera gérée. L’idée est donc de trouver un équilibre et d’accepter les animateurs de réseau comme des conseillers en gestion, pas comme des gardes chiourmes juste là pour vous contrôler.

Le contrat de franchise : les obligations du franchiseur

C’est depuis 1992 que la relation contractuelle entre franchiseur et franchisé est contrôlée par une loi, appelée Loi Doubin ou plus communément DIP. Par cette loi, le franchiseur s’engage à fournir au futur franchisé un dossier complet, 21 jours avant la signature du contrat.

Parmi ces informations, le franchiseur doit fournir un bilan détaillé des chiffres de la franchise au cours des dernières années, les bilans des franchises existantes et les profils des dirigeants.

Enfin, une fois le contrat signé, le franchiseur doit absolument transmettre tous les signes distinctifs de l’enseigne : logos, brevets, nom commercial, etc. La formation fait également partie des obligations du franchiseur de même que la mise en œuvre de campagnes de communication.

La franchise peut donc être une véritable expérience entrepreneuriale. La seule condition est de bien veiller à ce que la relation contractuelle avec l’enseigne se passe au mieux.

 

Laisser un commentaire (Pas de commentaires jusqu'ici)

CommentLuv badge

No commentaire yet