Êtes-vous remarquable ? [Article invité par Didier Erwoine]

Avec le Personal branding, l’individu découvre, décrypte et révèle sa véritable identité professionnelle.  Mieux : il développe son potentiel en devenant ce qu’il est.

Mais le Personal branding n’est-il qu’une découverte de soi ?  Un recadrage dans son axe de vie ?  Non, le Personal branding pousse également l’individu à miser sur sa spécificité (principe de différenciation oblige).

Car l’enjeu est bien là : il ne s’agit pas juste d’être soi, mais d’avoir ce « petit plus » qui vous rend unique.  Pour avoir sa place, toute marque doit se distinguer.  Il en va de même pour les marques personnelles.

Alors, comment atteindre l’unicité ?  Comment être remarquable ?

Le travailleur indispensable, que Seth Godin (2010) nomme le « linchpin », ne se définit jamais par une compétence isolée, ou une connaissance approfondie dans un domaine.  C’est la combinaison subtile des qualités d’un travailleur qui fait de lui un « linchpin». L’auteur cite l’exemple d’une connaissance approfondie dans un domaine, combinée à une bonne capacité de jugement, ou une compétence de diagnostic, ou une capacité d’observation nuancée.  Colin Wright (2009) appelle cela le « skill set ».

Investir dans la bonne combinaison d’atouts (compétences, talents, connaissances, qualités personnelles, …), à la manière d’un alchimiste, tel est l’un des secrets pour se rendre remarquable.

Dans mon travail de synthèse (2010), j’ai avancé l’idée que la promotion de soi n’a de sens que si elle sert un contenu de qualité.  Seth Godin (2004) va plus loin encore en mettant entre parenthèses l’aspect même du marketing :

« Arrêtez de faire de la publicité.  Misez sur l’innovation ». (p. 9).  « Fini les spécialistes du marketing : vive les concepteurs ! » (120).

Bien faire son boulot, être expert dans une matière, exprimer ses talents, … ne suffit plus.  Il faut avoir des nouvelles idées, concevoir du neuf.  Vous pouvez vous rendre exceptionnel par la création.

Le qualificatif « remarquable » peut être mal compris.  Être remarquable, ce n’est pas atteindre des résultats excellents (dans ce cas, on dirait : être performant).  Car l’excellence est devenue la norme, et n’attire donc plus l’attention.

Être remarquable, c’est se montrer surprenant en se détachant volontairement de ce qui existe déjà.

« La perfection est mauvaise, car on ne peut la dépasser.  La solution consiste à chercher ce qui n’est ni bon ni parfait.  Du remarquable, du non linéaire, du déterminant et de l’artistique » (Seth Godin, 2010, p. 111).

« Les vaches peuvent être parfaites, belles à regarder, avec des couleurs qui luisent au soleil.  Des vaches superbes avec une personnalité extraordinaire.  Mais elles sont ennuyeuses.  Une vache pourpre, voilà qui susciterait l’intérêt ! (pendant quelque temps, il va sans dire).  Pourquoi ?   Parce qu’elle serait remarquable » (Seth Godin, 2004, p.7).

En effet, ce serait une erreur de se lancer dans la course du « toujours plus » ou du « toujours mieux ».  Non, pour être remarquable, la bonne voie consiste à proposer « autre chose », quelque chose de non quantifiable (car qui dit quantifiable, dit comparable, or le but est justement d’être … incomparable).

Le mot d’ordre est donc : originalité.

Tracer son propre chemin par sa marque personnelle signifie emprunter une nouvelle voie plutôt que de suivre des empreintes déjà tracées sur le sable…  Car en suivant les traces de quelqu’un, vous vous situerez toujours dans son ombre.  Dans le monde des marques, les imitations et les copies ne peuvent donner qu’un goût de fadeur.

« Pourquoi les oiseaux volent-ils en formation ?  Parce qu’ils s’épuisent moins ainsi.  L’oiseau de tête brise la résistance du vent, et les volatiles qui sont derrière ont moins d’effort à fournir.  Si les outardes ne formaient pas un triangle, elles n’auraient jamais assez d’énergie pour terminer leur migration. Bon nombre de professionnels qui détestent le risque croient pouvoir suivre une stratégie semblable.  Ils pensent pouvoir attendre qu’un chef de file présente une idée géniale pour la copier et profiter du mouvement ainsi créé ». (Seth Godin, 2004, p. 66).

La singularité ne peut se forger qu’au travers de l’initiation.

D’aucun pourrait penser qu’il est plus prudent de proposer des produits déjà connus, d’utiliser des méthodes déjà rôdées, …  On ne change pas une équipe qui gagne, dit-on.  Oui… jusqu’au jour où les règles changent sans prévenir, et que les recettes qui « marchent », subitement, ne sont plus efficaces.  Dans le monde de demain, la sécurité professionnelle aura un autre visage.

« Dans votre carrière, encore plus que pour une marque, la prudence est risquée.  Pour obtenir la sécurité d’emploi à vie, il faut être remarquable ». (Seth Godin, 2004, p. 138)

La prudence est risquée… Belle figure de style jouant sur le contraste.  Le message est clair : il faut miser sur l’audace, l’initiative, la prise de risque.

Qu’est-ce qui différencie un individu qui s’investit dans sont travail, de celui qui preste ses heures ?  Un travailleur réellement impliqué exécute davantage que ce qu’on lui demande, par pas par excès de zèle, mais parce qu’il estime juste ou judicieux de le faire.

« Dans une usine, il est dangereux de faire un travail qui n’est pas le sien.  Lorsque l’on est un linchpin, il est essentiel de faire un boulot que personne ne fait ». (Seth Godin, 2010, p. 60).  « L’avenir des entreprises dépend du fait que des êtres humains motivés fournissent, de façon désintéressée, du travail émotionnel non sollicité » (p. 151).

La logique du don (« gratuité ») bouleverse la conception actuelle de la prestation.

Lorsqu’une personne est confrontée à un problème, elle aura souvent tendance à essayer une méthode qui a solutionné une problématique similaire.  Et parfois, cela fonctionne bien.  Mais dans le cas contraire, que faire ?   La seule option est de repenser le problème d’une autre façon,  de remettre en question les données de base, d’ajouter d’autres facteurs intervenants, …  Par ailleurs, un problème peut être vu comme une source de tracas, mais peut être aussi considéré comme une opportunité, c’est une question de point de vue.

« Le linchpin apporte avec lui la capacité de se pencher.

Il peut trouver une solution à un problème qui en a poussé d’autres à démissionner.  Son art, son génie, consiste à reconsidérer une possibilité et à trouver une nouvelle façon de se pencher dessus » (Seth Godin, 2010, pp. 119-120).

La faculté de recadrage offre à l’individu un champ de possibles.

Si je vous dis « art », à quoi pensez-vous ?  Il est probable vous songiez à la peinture, à la musique, à la scène, …  Or, un peintre peut ne pas être un artiste (par exemple, s’il reproduit des copies de tableaux).  A contrario, un mathématicien peut être artiste (par exemple, dans la manière dont il conçoit un théorème).

« L’art est une question d’intention et de communication, et non de substances » (Seth Godin, 2010, p. 132).

Vous-même, vous pourriez être un artiste, car l’art se définit d’une manière bien plus vaste.

« Un artiste un est quelqu’un qui se sert de son courage, de sa capacité d’observation, de sa créativité et de son audace pour contester l’ordre établi.  Et il prend tout ça très à cœur ».

« L’art, c’est tout ce qui est créatif, passionné et personnel.  Et, quand c’est du grand art, il faut écho aussi bien chez le spectateur que chez l’artiste » (Seth Godin, 2010, p. 132).

On le voit, l’essentiel est de pouvoir avoir sa vision personnelle du monde.

En conclusion, chacune de ces qualités précitées sont comme des clés qui nous permettent de libérer notre marque personnelle dans ce qu’elle a de remarquable.

Tous exceptionnels !  Voilà le pari que se fixe le Personal branding.

Didier ERWOINE

Laisser un commentaire (4 comments jusqu'ici)

CommentLuv badge


  1. Dominique Gibert
    7 years ago

    Merci pour cet article qui reprend quelques idées clefs de 2 livres essentiels de Seth Godin : “La vache pourpre” (chez Maxima) et Linchpin publié au Canada par Transcontinental et en France par Les Editions Diateino (“Etes-vous indispensable ?”)


  2. @Nathanael_Ramos
    5 years ago

    Êtes-vous remarquable ? [Article invité par Didier Erwoine] http://t.co/ypUYUNe0