Dites non au stress avec l’Analyse Transactionnelle

Le stress ne vient pas toujours des clients ou de sa hiérarchie : les tensions au bureau viennent aussi de vos collègues. Déjouez leurs pièges avec les fondamentaux de l’analyse transactionnelle.

Les dialogues, avec nos commentaires, pour vous former :

Méthode assez ancienne puisque’lle a été mise au point entre 1950 et 1970, l’analyse transactionnelle reste très efficace au quotidien pour se sortir des jeux psychologiques (et de pouvoir ?) du quotidien, au bureau comme dans la vie privée. Ce film illustre un des nombreux problèmes relationnels qui provoquent les tensions les plus fréquentes « A qui la faute ? ».

Guillaume (open Space) : Non, mais qui a ouvert le fichiers de prospection ?

La transaction peut s’établir sur la base du verbal et/ou du non verbal. Notez cependant que le non verbal et le para-verbal représentent 93% de la communication. Ainsi, si le verbal est en opposition avec le non verbal (comme c’est le cas ici), c’est l’expression du non verbal qui l’emporte : Le verbal est neutre : c’est une question posée sur le mode « adulte ». En revanche, le ton employé est un ton de reproche, ce qui rend l’intervention « Parent ». En effet, par son ton, Fabrice exige de ses interlocuteurs qu’ils se justifient : il propose une relation parent-enfant.

Florence : C’est moi, mais c’est Vincent qui m’a demandé de le faire pour sa présentation.

Florence répond sur un ton d’excuse, et se justifie puisqu’elle se croit obligée de donner une raison, alors que Guillaume n’a demandé que le nom de la personne qui avait ouvert le fichier (pas la raison de cette ouverture). Certes, le questionnement est implicite dans le ton de sa voix. Mais rentrer dans ce jeu revient à accepter la relation : elle rentre donc dans une relation parent persécuteur et enfant soumis, dans laquelle elle joue le rôle de l’enfant soumis. Pour refuser cette relation et proposer une transaction adulte-adulte, elle aurait pu répondre juste par « c’est moi ». En effet, Guillaume propose une double relation dans sa première intervention : • une relation adulte dans le verbal • une relation parent-enfant dans le non verbal. Florence est donc libre de choisir la transaction qu’elle préfère. La réponse purement verbale à la question « qui a fait ça », c’est : « moi ». Pour rétablir une relation adulte, n’en rajoutez pas et limitez-vous à la réponse stricte. Ne tenez pas compte du non verbal. Répondre tout simplement « moi » d’un ton posé, c’est s’affirmer face à une colère injustifiée.

Guillaume : je vous avais dit de ne pas y toucher pendant une heure ! J’ai perdu toutes mes saisies !

Guillaume poursuit son rôle de parent persécuteur et rentre dans le cadre du blâme. De même, le verbal (les mots) sont du registre de l’adulte puisqu’il énonce des faits, alors que le para-verbal (intonation et volume) sont du registre du parent persécuteur.

Vincent : je suis désolé, mais c’est Fabrice qui m’a demandé de la corriger pour sa réunion de 15h.

Comme Florence, Vincent se justifie. Pour refuser la relation parent-enfant, il aurait pu diriger Guillaume vers une solution, sans tenir compte de ses reproches. Exemple : « Est-ce que je peux faire quelque chose pour les retrouver ? » ou « Est-ce que je peux t’aider à re-saisir tes données ? ». Ou tout simplement, ne pas répondre, puisque Guillaume n’a posé aucune question…

Guillaume : et voilà, alors on te demande un truc, tu le fais sans réfléchir…

C’est une agression caractérisée. Pour revenir à une relation adulte, Vincent peut soit ignorer la pique, soit attendre un moment pour que Guillaume se calme, puis s’isoler avec lui pour régler ce point en adulte.

Guillaume : Tu ne pouvais pas me prévenir, non ? Je te préviens, si je ne retrouve pas mes contacts, c’est toi qui t’expliques avec Denise !

Toujours dans le cadre du blâme, Guillaume accable Vincent et brandit Denise comme une menace. Pour sortir de ce cadre, Vincent peut proposer une relation adulte. Exemple : « D’accord, je vais contacter Denise pour lui expliquer la situation et trouver avec elle une solution » ainsi, la menace de Denise disparaît et n’est plus perçue comme une sanction mais au contraire comme une aide (relation adulte). C’est le moyen pour manuel de renverser la situation et de supprimer toute menace.

 

Laissez votre commentaire.

Ce blog est en do-follow.  Cela signifie que lorsque vous laissez un commentaire, un lien vers votre blog apparaitra sous votre commentaire !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Si vous l’avez trouvé pertinent merci de partager cet article sur le networking surTwitterFacebook ou sur Google+.

                                                                                                                                                                                                                    Credit Photo Lucas Piero

Laisser un commentaire (2 comments jusqu'ici)

CommentLuv badge


  1. Chantal
    4 years ago

    bonjour,
    merci pour ce rappel de l’analyse transactionnelle, méthode trop peu connue à mon avis et pourtant elle se révèle utile à tous moments dans la vie perso et pro. Casser les causes de conflit dans l’oeuf, faire avancer la discussion, redémarrer une relation qui s’effiloche ou vire au conflictuel, donner le sens des responsabilités, autant aux enfants qu’aux collaborateurs, obtenir de l’autre ce qu’on souhaite (sans le violer, ni le manipuler), voilà quelques bienfaits obtenus très simplement et rapidement avec l’AT.


  2. Nathanael
    4 years ago

    Merci pour votre commentaire Chantal.